Interview de Marc Darmon – Lettre d’information de la FIEEC 22 janvier 2016

La sécurité numérique et sa mise en oeuvre dans les applications de demain (smart grid, ville intelligente, bâtiments, industries du futur, mobilité, objets connectés,…), telles sont les priorités de la FIEEC sur la sécurité. Marc Darmon présente le CICS, ses actions et son rôle dans la filière, et précise comment ces priorités de la FIEEC seront relayées par le CICS . Voir la lettre d’information.

Texte de l’interview

Pourriez-vous présenter le CICS, ses actions et son rôle au sein de la filière sécurité ?

Les industriels du secteur de la confiance et de la sécurité ont décidé de se structurer pour coordonner leurs positions et s’exprimer d’une seule voix. Le CICS a ainsi été créé pour constituer un interlocuteur unique des pouvoirs publics au sein de la filière sécurité. Le comité de la filière (CoFIS) vise à surmonter la fragmentation tant du côté de l’offre que de la demande, soutenir la R&T, apporter des solutions, y compris globales, et accroitre la compétitivité à l’export. Il rassemble tous les acteurs (prescripteurs, utilisateurs, fournisseurs) concernés par le marché de la sécurité allant des équipements et plateformes jusqu’à la sécurité du numérique, en passant par les solutions électroniques, systèmes et services associés.

Le CICS rassemble six groupements (FIEEC, GIFAS, GICAT, GICAN, FFMI, USP Technologies) pour fédérer et structurer la filière – fournisseurs de produits, services et solutions, formuler des positions communes et à les promouvoir au niveau national et européen. Il se doit d’être force de proposition sur ces sujets stratégiques ou transverses. Il s’agit tout particulièrement d’identifier les enjeux et thèmes d’avenir et de développer des approches structurées, innovantes et concrètes pour y répondre.

Quelles sont vos grandes priorités pour l’année 2016 ?

La filière est jeune. Un travail considérable est engagé pour viser concrètement l’ambition du comité de filière (CoFIS). Nos priorités pour 2016 sont :

  • la mise en place d’un volet sécurité dans le troisième programme d’investissement d’avenir,
  • le financement des projets de démonstrateurs de la filière,
  • l’identification des technologies de sécurité critiques,
  • l’élaboration d’une véritable politique industrielle en matière de sécurité, outil indispensable pour la lisibilité et l’efficacité de la filière,
  • la préparation de grands programmes capacitaires européens : cybersécurité à l’appui du Digital Single Market, et frontières intelligentes.

Nous poursuivons bien d’autres actions, notamment sur le champ des normes, et à l’export en s’appuyant sur un catalogue de références des entreprises françaises et sur une « équipe France ».

La FIEEC porte les positions des industries électrotechnologiques, tant du point des solutions de sécurité numérique que de leur intégration et mise en œuvre dans les applications de demain (smart grid, ville intelligente, bâtiments, industrie du futur, mobilité, objets connectés,…). Comment optimiser et amplifier le relais de ces priorités par le CICS ?

Les thèmes que traite la FIEEC sont pour certains partagés avec d’autres groupements industriels et s’insèrent tous dans un ensemble plus vaste animé par des problématiques transverses (y compris réglementaires ou sociétales), des enjeux communs, des approches globales, des convergences et des synergies, que porte le CICS. Afin que les positions de la FIEEC soient portées et bénéficient de la meilleure synergie au sein de la filière, nous sommes convenu :

  • d’une part de développer les liens entre le CICS et la FIEEC, en organisant une interface solide, des flux d’informations croisés, la connaissance du CICS au sein de la FIEEC et la participation de la FIEEC aux travaux du CICS, tout particulièrement dans la contribution à l’élaboration d’une politique industrielle.
  • d’autre part de créer au CICS quelques instances de coordination thématique.